Skip to content

Stratégie de sous-portefeuille et plan de relogement temporaire

26.07.2021

Landscape, Nature, Outdoors
Préparation de la stratégie du sous-portefeuille pour les bâtiments administratifs de la ville de Zurich (en tenant compte du développement du personnel et de l’entretien des bâtiments) et du plan de relogement temporaire  (travail de planification) pour la mise en œuvre de la stratégie de variantes. 

Le résultat de ce projet se présente sous la forme d’un rapport détaillant les possibles variantes du plan de relogement temporaire. Il vient en prolongement du rapport stratégique de 2017 et constitue la base concrète selon laquelle sera planifiée et mise en œuvre l’occupation. 

Le plan de relogement temporaire aborde différents champs d’action. Les exigences spatiales obligatoires doivent être remplies, les éventuelles lacunes de l’offre devront être anticipées et la flexibilité pour les nouveaux développements devra être maintenue. Il faut, en outre, rechercher des emplacements pour la création de diverses stratégies répondant aux exigences spatiales.

En respectant les diverses spécifications, il a été possible d’élaborer trois variantes en collaboration avec les délégués départementaux. Dans la variante dite « Ping Pong », un bâtiment administratif est prévu comme un bâtiment de relogement temporaire. Les utilisateurs se déplacent les uns après les autres dans le bâtiment de relogement temporaire avant de retourner à l’emplacement initial. La situation cible est pratiquement identique à la situation de départ. Dans la variante « en chaîne », chaque bâtiment rénové sert de nouvel emplacement pour les utilisateurs de la rénovation suivante. La situation cible correspond ici à un déplacement d’adresses avec une optimisation de la localisation par concentration des services dans les bâtiments officiels. La variante « forme mixte » vise à mêler les deux concepts de relogement  temporaire. Les trois variantes ont été systématiquement examinées du point de vue financier ainsi que de celui de l’utilisateur et de l’exploitant. 

Au total, ce sont plus de 60 bâtiments, soit environ la moitié du sous-portefeuille des bâtiments administratifs, sont concernés par le plan de relogement temporaire. La faisabilité d’éventuels bâtiments d’ici 2030 a été brièvement examinée et sera peaufinée lors d’une deuxième phase.