Skip to content

Marché immobilier : où va-t-on ?

15 février 2022

Person, Human, Suit

Le marché immobilier devrait bénéficier d’impulsions positives de la part de l’économie réelle. Certes, un grand nombre de risques sanitaires, géopolitiques et économiques font régner une certaine incertitude sur le marché mais on prévoit tout de même une croissance économique de l’ordre de 2,9% en 2022. De nombreuses entreprises portent un regard optimiste sur l’avenir ce qui stimule la demande de surfaces commerciales. Fin 2021, le nombre d’offres d’emploi publiées était de 39% plus élevé que l’année précédente, à la même époque. Afin de pourvoir ces postes, il sera probablement nécessaire d’engager également des personnes de l’étranger, ce qui devrait stimuler l’immigration et donc la demande de logements.

Logements en propriété

La demande de logements en propriété a diminué. Mais parallèlement, l’offre n’a cessé de reculer, au point d’engendrer un large excédent de la demande. La forte hausse persistante des prix n’y change rien: les logements en propriété restent attractifs.
Il est étonnant que la demande ne faiblisse pas davantage: par exemple, en janvier 2022, l’acquisition d’une maison individuelle avec 80% de capitaux étrangers s’accompagne de coûts de financement sensiblement plus lourds qu’un an auparavant. Cela tient non seulement à la hausse des prix, mais aussi à celle des taux hypothécaires. Dans l’ensemble, les coûts de financement ont progressé de plus de 20% en l’espace de douze mois.
Les maisons individuelles proposées à la vente restent rares. Au 4e trimestre 2021, leur nombre s’établissait à 22 700 – la valeur la plus basse des cinq dernières années. Cette situation a sans doute contribué à la flambée des prix des appartements en PPE du segment haut de gamme: de vastes appartements avec de grandes terrasses offrent en effet presque autant de confort et de surface habitable que des villas, de sorte que les acheteurs potentiels sont incités à prendre également en compte les offres de ce segment.

Logements locatifs

La demande de logements locatifs a explosé dès le début de la pandémie. Depuis lors, de nombreux ménages devraient avoir trouvé un objet approprié, de sorte que l’élan de la demande est retombé. Mais l’actuelle baisse générale de la liquidité du marché des logements locatifs amortit l’effet du fléchissement de la demande – les prix ne devraient donc reculer que légèrement cette année.
Dans les régions touristiques de Suisse, la liquidité du marché a chuté plus fortement que partout ailleurs en 2021: le taux de l’offre se situe maintenant à 5,3% dans les communes touristiques – il est ainsi à nouveau inférieur à la moyenne suisse pour la première fois depuis 2014. Cette situation provient à la fois des effets tardifs de l’initiative sur les résidences secondaires et de la demande accrue des habitants de la plaine, qui souhaitent profiter des possibilités offertes par la flexibilité du télétravail et mieux concilier loisir et travail en élisant domicile dans des destinations de vacances attractives.

Surfaces commerciales

Les niveaux de l’emploi ont fortement progressé dans les secteurs où l’utilisation de bureaux est très élevée, par exemple les services financiers et l’administration publique. Il est donc probable que la demande de surfaces de bureaux augmente cette année. Cet effet est d’autant plus bienvenu qu’on peut s’attendre par ailleurs à ce que quelques entreprises réduisent leurs surfaces de bureaux à cause du travail à domicile.
La relance se poursuit sur le marché de la vente au détail. Cela peut s’expliquer notamment par le fait qu’un nombre à nouveau croissant de visiteurs étrangers dépensent leur argent en Suisse. Mais les loyers restent sous pression en raison des défis structurels en cours ainsi que d’une probable augmentation de la liquidité du marché.


Vincent Clapasson, nouveau Directeur du bureau Wüest Partner à Genève

Vincent Clapasson a rejoint Wüest Partner en 2020 et dirige le bureau de Genève depuis 2022. Auparavant, il a travaillé 8 ans au Credit Suisse à Lausanne où il était responsable des évaluations immobilières pour l’ensemble de la Suisse romande. Parallèlement, il enseigne pour le brevet fédéral d’expertise immobilière à l’USPI depuis 2015. 
Ses 15 ans d’expérience lui ont permis d’observer les profondes mutations du secteur et sa maîtrise de la profession l’aidera à développer la vision du groupe en Suisse romande. “Nous voulons être la référence en matière de données et de valeurs immobilières, mais aussi un partenaire et un conseiller pour identifier les besoins de nos clients et les soutenir dans leurs stratégies d’investissement, qu’il s’agisse d’acquisition, d’analyse de marché ou de transition énergétique“.

L’update d’hiver 2022 est disponible ici.