Skip to content

Volatilité des prix de la construction

23 juillet 2021

Construction, Scaffolding

Les prix de la construction ont sensiblement augmenté au cours de ces derniers mois. Entre octobre 2020 et avril 2021, ils ont augmenté de 1,5 % dans le secteur du bâtiment en Suisse, soit la plus forte hausse semestrielle depuis 2008. Les prix des matières premières de la construction ont progressé encore plus fortement. Par exemple, à la mi-juin 2021, le cours du bois sur les Bourses des matières premières      a plus que doublé par rapport aux années précédentes – même si les prix ont à nouveau légèrement baissé au cours de la première quinzaine de juin 2021 (voir également https://www.finanzen.ch/rohstoffe/holzpreis). 

Bien que les prix en Bourse fluctuent davantage que ceux effectivement payés pour les charpentes et les meubles, il est clair que le marché de la construction traverse une période de turbulence. 

Prix de la construction plus élevés

De nombreux matériaux de construction sont devenus plus chers, et dans certains cas, il faut aussi compter des goulots d’étranglement au niveau de l’approvisionnement. Cela est dû à la conjonction de plusieurs facteurs: 

  • L’augmentation de la demande, accélérée par des effets de rattrapage, s’est en partie heurtée à des chaînes d’approvisionnement qui ne fonctionnent pas à plein régime.
  • Compte tenu des incertitudes économiques de l’année dernière, de nombreux producteurs ont hésité à reconstituer leurs stocks.
  • Aux États-Unis, par exemple, la reprise économique a été accélérée par les investissements dans les infrastructures et la hausse des prix de l’immobilier.

Prix de la construction et autres tendances 

Selon nos estimations, un grand nombre de ces évolutions devraient se normaliser dans un avenir proche. Dans le même temps, certaines tendances, qui avaient déjà provoqué des changements avant la pandémie, se feront sentir à nouveau, et plus fortement encore.

  • L’utilisation du bois comme matériau de construction va continuer à progresser. L’augmentation des prix reflète donc en partie la popularité de cette matière première. Elle devrait inciter à l’avenir à produire davantage de bois de construction et à mieux organiser la chaîne de valeur du secteur «forêt-bois» en Suisse. Cette augmentation des capacités prend du temps, mais donnera ensuite un essor supplémentaire au bois de construction, qui est particulièrement durable lorsqu’il est produit localement. En ce qui concerne la compétitivité des prix des bâtiments en bois par rapport aux bâtiments en dur, il convient de noter que les coûts des matériaux purs ne représentent qu’une faible proportion des coûts totaux. Par conséquent, l’augmentation actuelle du prix du bois ne se fera pas autant ressentir sur les prix des bâtiments en bois.
  • Dans le secteur de la construction, les négociations sur les marges brutes et les prix sont omniprésentes. Compte tenu de la faiblesse des marges, les possibilités de constituer des réserves pour pallier l’évolution des prix des matériaux sont en général minces. La personne qui supporte le risque lié au prix des matériaux dépend de l’état d’avancement du projet et de la façon dont a été rédigé le contrat correspondant. Les accords sur les responsabilités devraient augmenter. Aujourd’hui, les maîtres d’œuvre offrent au maître d’ouvrage la sécurité des coûts. Dans le cadre de contrats de sous-traitance déjà attribués, les maîtres d’œuvre ont externalisé le risque à l’entreprise de construction exécutante. Celles-ci ont, à leur tour, partiellement sécurisé les prix auprès des fournisseurs. Toutefois, dans la situation actuelle, certains maîtres d’ouvrage se montrent conciliants avec les entreprises de construction avec lesquelles ils collaborent depuis longtemps et sont prêts à supporter une partie des coûts supplémentaires dus à l’augmentation du prix des matériaux.
  • La sensibilité relative aux variations des prix des matériaux est susceptible de s’accroître à nouveau. Il est vrai que la situation actuelle est exceptionnelle en termes d’ampleur de la hausse des prix et d’impact sur de nombreux matériaux, associés à des goulots d’étranglement de l’approvisionnement. Néanmoins, il convient de noter que certaines fluctuations de prix sont courantes. Ainsi, les évolutions récentes rappellent des souvenirs d’il y a dix ans lorsque des variations importantes des taux de change influencèrent le coût des matériaux de construction importés.
  • La construction a tendance à devenir globalement plus chère. En effet, les exigences relatives aux biens immobiliers ne cesseront d’augmenter, par exemple dans les domaines de la protection contre les incendies, des risques sismiques ou de la durabilité.