Vers le contenu

Hausse de 8.1% des prix de la construction de bâtiments

29 juin 2022

Les prix de la construction continuent d’augmenter : l’indice des prix de la construction publié le 24 juin 2022 par l’Office fédéral de la statistique (OFS) indique une hausse de 4,9% pour le bâtiment par rapport à octobre 2021 et une hausse de 8,1% par rapport à l’année précédente (avril 2021). Il s’agit de la plus forte hausse enregistrée en l’espace d’un an depuis le début de la publication des données en 1998.

La hausse des prix s’observe dans toutes les régions de Suisse, allant de 6,5% dans le Tessin à 10.1% dans la Suisse du Nord-Ouest. Dans la région Lémanique, l’inflation des prix de construction de bâtiment est de 7.4%, donc légèrement inférieure à la moyenne Suisse. Ces chiffres illustrent l’ampleur des défis auxquels le secteur de la construction est actuellement confronté.

Prix des matériaux en forte augmentation

La hausse inédite des prix de construction est due dans une large mesure à l’augmentation des prix des matériaux. La statistique des coûts des matériaux pour le bâtiment est publiée chaque mois par la Conférence de coordination des services de la construction et des immeubles des maîtres d’ouvrage publics (KBOB) en collaboration avec l’OFS. Il en ressort que l’indice des prix des matériaux de construction pour le bâtiment a augmenté de 19.6% depuis mai 2021. Là encore, il s’agit de la plus forte hausse annuelle enregistrée depuis le début des mesures en 2003. L’évolution du prix de l’acier d’armature, dont le poids dans le calcul de l’indice est de 10%, est particulièrement frappante. Ce dernier a augmenté de 82% par rapport à l’année dernière, et la hausse se monte même à 150% par rapport à fin 2019.

Variation des prix des matériaux. Les prix de l'acier d'armature ont très fortement augmenté depuis décembre 2019.

Chocs de l’offre et de la demande

Les raisons de cette forte dynamique des prix des matériaux se trouvent aussi bien du côté de l’offre que de la demande. D’une part, les chaînes d’approvisionnement établies ont été fortement perturbées. Ainsi, la production de certaines aciéries a été interrompue pendant la pandémie, puis en raison de la guerre en Ukraine. Les goulets d’étranglement qui en ont résulté ont entraîné une limitation de l’offre et donc une pression à la hausse sur les prix. D’autre part, les larges programmes de relance et d’infrastructure mis en place pendant la pandémie ont généré une forte demande mondiale de matériaux de construction.

Les prix des matériaux ne sont que partiellement reflétés dans les prix de la construction

Selon la statistique de l’OFS sur la valeur ajoutée, les matériaux et les marchandises représentent environ 60% des dépenses dans le bâtiment et 45% dans les travaux préparatoires de chantier. L’évolution des prix des matériaux ne se reflète donc pas entièrement dans l’indice des prix de la construction. L’autre facteur déterminant est l’évolution des salaires dans la construction. Les chiffres de la Société suisse des entrepreneurs indiquent actuellement une augmentation des salaires d’environ 1,5% dans le secteur principal de la construction, alors que la dernière publication faisait état d’une légère baisse. Les salaires évoluent en général dans tous les secteurs de manière moins volatile que les prix des matériaux. C’est donc également le cas pour le secteur de la construction, qui affiche en ce moment une relative stabilité des salaires.

Les salaires mensuels dans le secteur principal de la construction augmentent faiblement.

Perspectives d’évolution sur le marché suisse de la construction

Les salaires jouent actuellement un rôle moins important que les prix des matériaux dans le renchérissement des prix de la construction. A moyen terme, la masse salariale devrait toutefois augmenter. Selon les données du Secrétariat d’État à l’économie (SECO), le nombre de postes vacants est actuellement très élevé dans le secteur du bâtiment. La pénurie de main-d’œuvre qualifiée et l’évolution démographique se manifestent donc également sur le marché de la construction.

Les pénuries de livraison devraient finir par se résorber, mais plutôt à moyen terme qu’à court terme. Il faut donc s’attendre à ce que les prix de la construction continuent à augmenter au cours du prochain semestre. Les investissements nominaux dans la construction devraient également augmenter cette année et l’année prochaine, ne serait-ce qu’en raison du renchérissement. Comme la population et l’emploi ne cessent de croître en Suisse, on peut s’attendre à ce que la demande de constructions reste élevée, malgré les récentes hausses des taux d’intérêt. En outre, les exigences toujours plus élevées de la politique et de la société à l’égard du parc immobilier (par exemple en matière de durabilité) déclenchent de nombreux travaux de transformation.

Contactez nos experts pour en savoir plus